L’ombre chinoise

Quatrième roman de Bertrand Illegems, L’ombre chinoise distille la fantaisie dans le genre polar.

Quoi de plus tranquille qu’une maison de retraite ? Pourtant, c’est là, aux Herbiers, à la maison de retraite des prètres, que le drame éclate.

Disparitions. Trafics. Cabinet secret. Explosions. Les enquêteurs y perdent leur latin.

Cette histoire débute la nuit du 12 novembre en pleine tempête. Les événements s’enchaînent, tambour battant.

L’ombre chinoise plane.

couverture-lombre-chinoise

Publicités